<---- -->
Frankenia laevis ssp. capitata

Frankénie à tête globuleuse





Home
2008-2018 ©Imhof Jean-Pierre
Dernière modification le : 31/03/2018



  1. Origine / signification du nom
    1. Frankenia Le genre est dédié à Frankenius, médecin suédois et professeur de physique du XVIIe siècle, surtout connu pour avoir abusé de la théorie des signatures
    2. En réalité, le premier nom de la plante fut Franca, décrite par Micheli (botaniste italien du XVIIe sicèle, considéré comme l'un des pères de la mycologie moderne) qui avait compris le besoin d'en faire un genre à part, et l'a dédié à un médecin du sud de la France, le docteur Franchi.


  2. Description, voir le(s) site(s) (dans un nouvel onglet):

  3. Fréquence en Canarias
    Fréquent


  4. Liste rouge et protection de la flore

  5. Statut suisse = AB
    Légendes:
    • Indications entre ()= pris en compte en 2002, sorti des listes en 2016 (Néophytes)
    • Non menacé
      • LC = Non menacé;
      • NT = Potentiellement menacé
    • Menacé
      • VU = Vulnérable
      • EN = En danger
      • CR = Au bord de l'extinction
    • Eteint
      • RE = éteint régionalement
    • Données insuffisantes, non évalué ou absent
      • DD = Données insuffisantes
      • AB = Absent
      • NE = Non Evalué


  6. Protection internationale
    Non protégé


  7. Protection en Canarias

    Non protégé ou statut inconnu


  8. Sources principales
    1. Guides et livres
      • Flora helvetica, Flore illustrée de Suisse,
        Konrad Laubert, Gerhart Wagner, Andreas Gygax (4ème édition, 2012, chez Haupt)
      • OFBL= Les Orchidées de France, Belgique et Luxembourg, 2ème édition.
        Parthénope ﺓdition, Mèze 2005.
      • Guide des orchidées de France, de Suisse et du Benelux.
        Pierre Delforge. Delachaux et Niestlé, Paris, 2007, 2012.
      • Flores Silvestres de las Islas Canarias.
        D. Bramwell, Zoë Bramwell, 1990, Editorial Rueda, Madrid.
      • Orchidées d'Europe, d'Afrique du nord et du proche Orient
        Pierre Delforge. Delachaux et Niestlé, 4ème édition, avril 2016, Paris
    2. Les sites