googlef26769fb9b38aa6e.html
<---- -->
Oxalis pes-caprae

Oseille du Cap





Home
2008-2017 Imhof Jean-Pierre
Dernière modification le : 12/11/2014

Galerie


  1. Origine / signification du nom
    • Oxalis du grec "oksalis" = rumex, oseille


  2. Description / caractéristiques
    Sujet Description d'après "Coste"
    Aspect
    1. Plante vivace, Se propageant surtout par voie végétative (bulbes et bulbilles)
    2. Tige souterraine naissant d'un bulbe profond, portant des bulbilles isolées
    Fleurs
    1. Inflorescence: cymes de 3-8 fleurs, portés par de longs pédicelles poilus.
    2. Fleurs jaune clair, grandes.
    3. Pétales 20-25mm irrégulièrement émarginés
    4. Sépales 5, poilus, pointus
    Feuilles
    1. Feuilles toutes basales, en rosette dense, longuement pétiolées, acidulées.
    2. 3 folioles, obocordées
    Fruit
    • Capsule longue, acuminée, glabre éclatant à maturité
    Utilisation
    • Toute la plante est utilisée comme épice en cuisine pour son goût acidulé. Utiliser surtout des feuilles et fruits jeunes.
    • A haute dose, la plante contenant de l'acide oxalique est toxique!
    • L'utilisation en médecine populaire est déconseillée : l'acide oxalique peut provoquer une décalcification




  3. Fréquence en Suisse
    Absent. Parfois cultivé. Origine Afrique.

    Envahissante en Espagne, sud de la France, Portugal




  4. Sources principales
    1. Guides et livres
      • Flora helvetica, Flore illustrée de Suisse,
        Konrad Laubert, Gerhart Wagner, Andreas Gygax (4ème édition, 2012, chez Haupt)
      • OFBL= Les Orchidées de France, Belgique et Luxembourg, 2ème édition.
        Parthénope Édition, Mèze 2005.
      • Guide des orchidées de France, de Suisse et du Benelux.
        Pierre Delforge. Delachaux et Niestlé, Paris, 2007, 2012.
      • Flores Silvestres de las Islas Canarias.
        D. Bramwell, Zoë Bramwell, 1990, Editorial Rueda, Madrid.
      • Orchidées d'Europe, d'Afrique du nord et du proche Orient
        Pierre Delforge. Delachaux et Niestlé, 4ème édition, avril 2016, Paris
    2. Les sites